188

 

190

 

Hier, première équipe de suivi de scolarisation de Simon de l'année. cela fait deux jours que mon estomac est en vrac et qu'inconsciemment je me prépare au combat. Mon chéri est là, à deux, on se sent plus fort.

Après le petit tour de table habituel qui lance le début de la réunion, la maîtresse s'exprime: depuis la rentrée, ce n'est plus le même enfant, il est communicatif, sa diction et son vocabulaire se sont incroyablement enrichis, il se met en posture d'élève et accepte de faire les activités proposées. Il est désormais possible d'évaluer où il en est car ses acquis semblent stables et il montre des compétences insoupçonnées jusqu'alors.

La discussion est lancée, chacun prend la parole, et ne tarit pas d'éloges. Un adjectif ressort: SURPRENANT.

Educateur, psychologue, orthophoniste, psychomoticienne, Auxiliaire de Vie scolaire, institutrice, directrice, enseignant référent, affichent tous une mine réjouie. La joie est commune, palpable. Moment de grâce.

La directrice en fin de réunion nous remercie chaleureusement, d'avoir réussi à instaurer un formidable travail d'équipe autour de notre enfant et d'avoir rendu cela possible.

Je crois que les choses sont enfin établies.

Je la remercie également en lui disant qu'il faudra se rappeler de tout ce qui a été dit, si, un jour prochain, cela "va moins bien".

Les comportements difficiles de Simon doivent uniquement servir d'alertes sur son état de santé.

On le savait depuis toujours, nous, ses parents, que dès lors que les multiples convulsions qui ponctuaient sa journée disparaîtraient, il "défoncerait la baraque", notre bouchon!

Et justement, depuis 6 mois nous n'avons pas vu la trace d'une convulsion, et le voilà métamorphosé, apaisé. Son visage même a changé, il est serein. Tout le monde en est frappé.

Ce n'est pas une victoire que je veux crier, car je sais trop bien que les choses peuvent vite changer, mais seulement un grand bonheur que je souhaite ici partager! 

Décidément, 2014...!

  

184